Test de BadLand (3,59€) : Au cœur d’une forêt féerique, où seuls les plus forts survivent

Depuis quelques années maintenant, beaucoup de développeurs surfent sur la vague d’un concept graphique simple basé sur la superposition d’ombres chinoises, à l’instar du très célèbre Limbo. Ce dernier, véritable précurseur du genre, en a inspiré plus d’un par son atmosphère glauque et oppressante. BadLand (Télécharger sur l’App Store), le dernier né du studio indépendant FrogMind, s’en inspire sans doute, mais n’en demeure pas moins un véritable phénomène époustouflant qui procure une expérience unique et inoubliable.

Scénario : 4/5

A l’aura dérangeante et envoûtante, BadLand est le genre de jeu qui nous aspire inéluctablement à lui grâce à un univers artistiquement recherché et unique. Pourtant, son concept demeure on ne peut plus simple, et la mise en scène basique. Ainsi, nous avons là un jeu d’aventure au défilement horizontale qui se déroule au cœur d’une somptueuse forêt luxuriante, dont la végétation abondante cache la présence de petites créatures poilues. L’une d’elles, intriguée par l’atmosphère étrange qui se dégage de cette forêt presque trop parfaite, décide de partir en quête du mystère qui s’y cache.

C’est à partir d’ici que vous prenez le contrôle de cette mignonne boule de poil dont la seule faculté lui permet de flotter maladroitement dans les airs, sans pouvoir véritablement définir sa trajectoire. Malheureusement, l’expédition va vite se transformer en véritable survie, à la découverte de nombreux pièges et mécanismes sans pitié qui jonchent désormais le chemin. Scies, rouages, bombes et bien d’autres mauvaises surprises s’animent dans l’unique but de mettre fin à l’aventure périlleuse de votre petite créature. Heureusement, pour l’aider, elle peut compter sur la présence de fruits lui octroyant des capacités temporaires, comme grossir ou rapetisser, permettant d’aborder plus facilement les obstacles à venir.

Graphismes : 4/5

Malgré ses décors simples, notamment l’omniprésence de noir en avant-plan, l’atmosphère visuelle de BadLand est à couper le souffle, grâce à sa réalisation pointilleuse et sa parfaite maîtrise des ombres. Bien qu’il n’y ait qu’une seule couleur prédominante qui constitue la structure même des niveaux, il est aisé de distinguer les éléments qui les composent en prenant soin d’examiner minutieusement le travail fourni par le designer pour compiler les nombreux objets interactifs cachés dans le décor.

De plus, les concepteurs du jeu nous offrent également de somptueux dessins colorés en arrière-plan, variés et fourmillant de détails, qui illuminent les niveaux grâce à leur jeu de couleurs et de lumière. Le charme qui s’en dégage constitue l’un des points majeurs de cette application, si bien qu’il est parfois appréciable de s’arrêter quelques secondes, notamment après une mort soudaine, pour profiter des décors et y contempler les secrets qu’ils renferment.

Jouabilité : 5/5

Chaque niveau répète un même procédé de progression qui consiste à avancer automatiquement, en défilement horizontale, tout en aidant notre personnage à se mouvoir entre les différents et nombreux pièges qui tentent de lui barrer la route. Pour ce faire, la simple pression maintenue du doigt sur l’écran permet à la petite boule de poil de s’envoler et de venir s’écraser sur la surface en hauteur. Il faut donc en permanence jauger notre timing pour pouvoir avancer sereinement et efficacement. Bien entendu, pour esquiver les pièges, il faudra éviter des lames et aiguilles acérées, passer en dessous d’énormes rochers, ou encore détruire des murs à l’aide de bombes environnantes, parfois en combinant à la suite plusieurs de ces actions.

En plus de ces mécanismes simples, de nombreux bonus, sous forme de fruits colorés, trônent ici et là au travers des niveaux, et permettent d’acquérir des effets provisoires temporaires, le plus souvent obligatoires pour se sortir des griffes d’un piège à venir. Les effets sont variés, permettant de faire grandir (et d’alourdir) ou rapetisser (et d’alléger) notre compagnon, de le décupler ou de le faire rouler. Chaque fruit renouvelle le gameplay en modifiant légèrement les contrôles, la sensibilité et le poids du personnage. Ingénieux et pratique, cela n’empêche pas le jeu d’être parfois intransigeant, obligeant à passer au moment précis un passage périlleux, sous peine d’accueillir une mort prématurée. Fort heureusement, un grand nombre de points de sauvegarde permettent de reprendre la progression pas très loin du lieu de l’échec, rendant la difficulté moins insurmontable.

Durée de vie : 5/5

Suffisante et régulièrement prolongée, la durée de vie du jeu permet de le savourer à son rythme, que l’on soit joueur régulier ou occasionnel, sans s’en lasser en cours de route. Un niveau se termine approximativement en moins de cinq minutes, et ceux-ci sont déjà très nombreux, mais il faudra rajouter beaucoup plus de temps si l’on désire débloquer les trois récompenses, en forme d’œuf, à chaque fois, qui proposent des challenges bien plus corsés qui en agaceront plus d’un. En exemple, certains niveaux exigent d’être terminés sans jamais mourir, ou en conservant un certain nombre de survivants jusqu’à la fin. De quoi promettre de longues heures de jeu.

En plus d’un mode solo qui se suffit à lui-même, BadLand propose également de jouer à plusieurs en local sur le même appareil, allant de deux à quatre joueurs. Le choix et la structure des niveaux restent sensiblement la même chose que ceux du premier mode, à la différence que chaque joueur participant délimite sa surface de l’écran, et appuie sur celle-ci pour interagir avec son personnage. Les mécanismes ne changent pas, mais seul le dernier survivant sera désigné vainqueur.

Note générale : 4/5

Si elle repose sur des idées simples et une réalisation graphique peu inspirée, l’application s’harmonise avec élégance et délivre une expérience à part entière, captivante, et saupoudrée d’une bande-son incroyable et saisissante, alliant les bruitages précis des murmures de la forêt aux cliquetis angoissants des machines avoisinantes. Difficilement classable dans un genre précis, ce BadLand n’appartient qu’à lui seul, et nous plonge au cœur d’un jeu énigmatique et inquiétant. Une surprise qu’il faut consommer sans retenue, avec gourmandise, et prier pour avoir la chance de goûter à d’autres sucrerie comme celle-ci, dont on ne se délaisse jamais. L’application est compatible iPhone, iPad et iPod Touch au prix de 3,59€ sur l’App Store.

  • Scénario : 
  • Graphismes : 
  • Jouabilité : 
  • Durée de vie : 
  • Prix : 
  • Note générale : 

Mots-clés

À propos de l'auteur : Admin Dylan

Je suis le créateur du blog App4Phone.fr, que je gère au quotidien. Fan d'Apple, de la finance, et du sport. Mes passions sont le tennis, le football,et mes amis. En plus de ça je trouve toujours du temps pour vous faire partager les meilleurs bons plans de l'App Store, chaque jour !

Ces articles pourraient vous intéresser...

2 Commentaires pour “Test de BadLand (3,59€) : Au cœur d’une forêt féerique, où seuls les plus forts survivent”

  1. Antoine dit :

    Super jeu et en plus je l’ai eu gratuitement grâce au site appsbyads.com

  2. djudjHiño dit :

    Très bon jeu!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Sondage

Comptez-vous acheter l'iPhone SE ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...